Auto moto

L’automobile électrique, la révolution !

La naissance de la voiture électrique n’a pas son origine à l’horizon du 21ème siècle comme on pourrait en juger si on comptait le nombre de véhicules électriques disponibles chez les concessionnaires.

On doit son origine en 1835 avec un modèle à échelle réduite d’une voiture électrique de Sibrandus Stratingh. Mais il faudra patienter quelques années pour détacher la voiture électrique de sa prise de courant et la rendre autonome. En 1859, le français Gaston Planté met au point la batterie au plomb et acide. Elle sera significativement améliorée en 1881 par le chimiste français Camille Alphonse Faure. Ce type de batterie devient le premier type de batterie rechargeable commercialisé.

La première automobile éléctrique

Le physicien français Gustave Trouvé présente un tricycle équipé de deux moteurs électriques à l’exposition internationale d’électricité de Paris en 1881. Le tout premier véritable véhicule électrique. En 1884, l’ingénieur anglais Thomas Parker qui travaille sur l’électrisation du métro de Londres et différents projets de tramways, construit une voiture électrique pouvant transporter plusieurs passagers. Après lui, l’écossais William Morrison qui immigre aux Etats-Unis dans l’Iowa, finit en 1887 la construction de sa calèche électrique tractée par un moteur de quatre chevaux qu’il ne présentera que l’année suivante à la parade annuelle où elle recevra de chaleureuses félicitations.

Les exploits de l’électrique

Après des essais et débuts difficiles, l’automobile se segmente en trois types de motorisations dont le moteur électrique, au côté du moteur thermique et du moteur à vapeur. Malgré l’autonomie réduite des batteries au plomb, en 1895 Charles Jeantaud participe à la course Paris-Bordeaux-Paris, au volant d’une voiture électrique. Il devra pour cette course disposait plusieurs batteries chargées sur le parcours.

la-jamais-contenteEn 1899, “La jamais contente” fut la première automobile électrique à atteindre la vitesse incroyable de 100 km/h. Construite par la Compagnie Générale Belge des Transports Automobiles et piloté par Camille Jenatzy lors de l’essai à Achères dans les Yvelines.

La vitesse atteinte fut de 105,882 km/h, dépassant le record détenu jusqu’alors par le comte Gaston de Chasseloup-Laubat qui était de 92,78 km/h quelques mois auparavant.

La voiture électrique connaît un engouement fin du XXe siècle. On peut apercevoir des taxis électriques à New York, à Londres et en France. La production américaine de voitures électriques suit même celle des voitures à vapeur, bien devant les ventes de voitures à essence.

L’avénement du moteur thermique
Bien que l’électricité qui alimentait les tramways passa très près de conquérir le domaine de l’automobile avec des exploits extraordinaires du moteur électrique, le moteur thermique à essence le supplanta doucement à partir du début du XXe siècle. Ce dernier doit son succès à sa plus grande autonomie, à son coût de production plus faible et sa capacité à dépasser tous les records.

Victor-hemery-pilote200km/hLe français Victor Hemery établit un nouveau record le 8 novembre 1909 sur le circuit de Brooklands en Angleterre. Il atteint 202,69 km/h dépassant le mur des 200 km/h. Le lendemain il va signer un record plus impressionnant en atteignant 226,91 km/h à bord de la même voiture. Un record qui ne sera pas dépasser pendant une décennie par aucun autre véhicule que ce soit un avion, un train ou une automobile.

auto mobile-blitzen-benz_recordIl pilote la célèbre Blitzen Benz fabriquée en Allemagne par la grandissante firme Benz & Cie initié par Karl Benz. Équipée d’un moteur essence de 21,5 litres de 200 chevaux, elle est la première voiture à dépasser les 200 km/h.

Le pétrole est également plébiscité à cette époque car les gouvernements voient à travers ce carburant fossile une ressource inépuisable, ainsi que des enjeux économiques et politiques.

Laisser un commentaire